Jacques Prévert, La pluie et le beau temps

Prévert, Jacques
1 PRÉSENTATION

Prévert, Jacques (1900-1977), poète, parolier et scénariste français dont l’œuvre, par son oralité et ses thèmes pleins de révolte et de tendresse, a su toucher un très large public.

2 DU SURRÉALISME AU CINÉMA

Né à Neuilly-sur-Seine, dans un milieu modeste, Prévert passe sa jeunesse à Paris, où il exerce différents petits métiers, fréquente un peu la canaille, avant de se lier, en compagnie de son frère Pierre, avec des artistes tels que Marcel Duhamel et le peintre Yves Tanguy dans le groupe surréaliste de la rue du Château, qui adhère au surréalisme de Breton de 1925 à 1929. En 1931, il fait paraître Tentative de description d’un dîner de têtes à Paris-France, texte qui, jouant sur le sens littéral des mots, les néologismes et les décalages, offre une vision humoristique et dérisoire d’un dîner officiel à l’Élysée. Jusqu’en 1936, Prévert écrit de courtes pièces engagées et subversives pour le groupe Octobre, troupe militante qui se consacre à un théâtre social. Il se passionne aussi pour l’écriture cinématographique, qu’il aborde avec le film L’affaire est dans le sac (1932), de Pierre Prévert, et le Crime de Monsieur Lange (1935), de Jean Renoir. Scénariste et dialoguiste, parfois en collaboration (les Visiteurs du soir, 1942), essentiellement pour Marcel Carné, il intègre sa vision du monde et son sens vivant de la parole au réalisme poétique du réalisateur : Drôle de drame (1937), Quai des brumes (1938), les Enfants du paradis (1945).

3 UNE POÉSIE DE LA VRAIE VIE

Les textes poétiques de Prévert, composés en vers libres, restent longtemps non publiés. Le recueil Paroles (1946) fait découvrir au grand public ces compositions au langage et au merveilleux empruntés à la vie de tous les jours, où le rêve se mêle à l’humour. C’est le succès. Nombre d’entre eux, sur la musique de Joseph Kosma, deviendront des chansons très populaires interprétées par Juliette Gréco, Yves Montand ou encore les Frères Jacques. « Les Feuilles mortes », chanson du film les Portes de la nuit, est peut-être la plus célèbre d’entre elles.

Ayant pris ses distances avec les débats théoriques et directement politiques, Prévert n’en reste pas moins le défenseur des pauvres et des opprimés, avec une générosité sans faille. Son hostilité à toutes les forces d’oppression sociale se traduit dans ses attaques pleines d’humour autant que de vigueur contre les hommes de pouvoir et les institutions en général. Son sens de l’image insolite et sa gouaille populaire lui inspirent une poésie sortie de sa tour d’ivoire, destinée à tous les publics et ancrée dans les sentiments de la vie quotidienne. Elle invite le lecteur à se fier au pouvoir de la « parole » pour accéder au bonheur, individuel et collectif. Histoires (1946), Spectacle (1951), la Pluie et le Beau Temps (1955) sont autant de recueils où l’amour, la liberté, l’imagination sont des thèmes récurrents. Il pratique aussi des collages (Fatras, 1966 ; Choses et autres, 1972 ; Hebdromadaires, 1972), où le mot-valise joue un rôle essentiel. Il continue, à la fin de sa vie, à se consacrer à son activité de parolier (Cinquante chansons Prévert-Kosma, posthume, 1977). Il a également laissé des textes pour les enfants (Contes pour enfants pas sages, posthume, 1977 ; Chanson pour chanter à tue-tête et à cloche-pied, posthume, 1985).

View the volume here

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s